Hold-Up in Legazpi with students from Bicol University

Advertisements

Alexandre, new team member

Alexandre joined us in The Philippines to discover and work on our project during one mission. Here is his portrait!

tumblr_nl3fj4jdJ51u02sz1o1_1280

” I was working in hospitality for the last fews years in several hotels and restaurants. I was living for the last year and a half in London and more i stayed in this City more I realized that it was the opposite of what i wanted : I always had this idea that i wanted to give sense to my life. Then I realized that I was in the wrong place to do so. I wanted to change my way of living. I wanted new challenges. After some times doing this job, an idea started to grow on me : I was only happy when I could bring smile on people’s faces. It started getting bigger with this question ‘Who do I want to make smile?’ My conclusion was that I wanted to bring smile to Orphans’ life. How hard is your life without family around ? Wouldn’t you want to smile for a while ?

So I found what I wanted to live for. But I needed to start somewhere. Then I remembered an old friend from high school, Mathilde. I was always amazed by her kindness and the last time I saw her she had this marvelous project to go around Africa and Asia to help female social entrepreneurs with one of her friends Berengere. So I contacted her to see if it was possible to join and help them. And here I am ! After only a week in the Philippines, I understood why they decided to start Why-Not Women. I am experiencing a total different way of living and culture from Europe, and I love it ! So, why-not ?!”

Alexandre, nouveau membre de l’équipe

Alexandre nous a rejoint aux Philippines pour découvrir et partager notre projet le temps d’une mission. Découvrez son portrait !

tumblr_nl3fj4jdJ51u02sz1o1_1280

” Je travaille dans la restauration depuis quelques années déjà. J’ai passé un an et demi à Londres, et plus je passais du temps dans cette ville, plus je réalisais que je vivais en contradiction avec mes aspirations. J’ai toujours voulu donner du sens à ma vie et travailler avec un certain objectif en tête. J’ai réalisé que je n’étais pas au bon endroit pour ça ! Je voulais changer de vie. Je voulais de nouveaux défis. Une idée commençait à grandir en moi : mon bonheur dépendait de celui des autres. Cette idée posait la question suivante : ‘A qui pouvais-je apporter du bonheur?’. J’ai compris que je voulais donner le sourire aux orphelins, car qui plus qu’eux peut avoir besoin d’un peu de bonheur ? Maintenant, j’ai trouvé ma voie. Mais par où commencer ?

Je me suis alors souvenu d’une amie de lycée, Mathilde. J’ai toujours été surpris par sa générosité, et la dernière fois que je l’ai vue, elle s’apprêtait à partir voyager en Afrique et Asie pour aider des femmes entrepreneures sociales, avec son amie Bérengère. Je l’ai donc contactée pour savoir si je pouvais les rejoindre et les aider sur leurs missions. Et me voilà ! Après une semaine seulement aux Philippines, je comprends pourquoi Why-Not Women est si important pour elles. Je découvre un tout autre univers et de nouvelles opportunités de vie ! Alors pourquoi pas ?! “

Grant Thomas, deux ans sur la route

Nous avons rencontré Grant à Vientiane, capitale du Laos, et avons continué de voyager ensemble une semaine. Grant était ingénieur, mais a quitté son pays – l’Ecosse -, sa startup et tout le reste pour un voyage temporaire… enfin c’est ce qu’il croyait. Découvrez son témoignage !

grant3

A la frontière entre le Laos et le Cambodge !

« Une fois diplômé, la seule chose que je savais était que je n’avais pas la moindre idée de ce que je voulais faire de ma vie ! Je ne pouvais pas supporter l’idée de me lancer dans la vie avec un travail de bureau qui me permettrait de rembourser des prêts, et d’assumer des responsabilités dont je ne voulais absolument pas. Mais que faire d’autre ?

J’ai toujours voulu voyager et découvrir le monde autour de moi, de nouvelles cultures et pourquoi pas ce que je souhaitais vraiment faire de ma vie. Je suis parti il y a deux ans, et devinez quoi ! Je voyage toujours et je ne suis pas prêt de m’arrêter. Je n’ai peut-être pas découvert ce que je voulais faire plus tard, mais tous ces voyages m’ont ouvert les yeux sur un mode de vie complètement différent, des rencontres et des expériences inoubliables.

Qui a dit que l’université était la seule option ? Qui a dit que nous devions trouver un travail stable, un appartement et passer notre jeunesse à économiser pour notre retraite ? La société nous pousse à croire qu’il n’y un qu’un seul mode de vie acceptable. La vérité est que nous sommes libres de faire nos propres choix, réellement libres. Et si nous aimons ce que nous faisons, alors pourquoi pas ?! »

grant2grant1

Grant Thomas, two years On the Road

We met Grant in Vientiane and kept traveling together one week in Laos. Grant was an engineer but left his country, Scotland, his company and his comfortable life to go on the road. Here is an inspiring word from him!

grant3

On the Lao-Cambodian border!

“When I graduated from University I knew already that I hadn’t the faintest clue about what I wanted to do and where I wanted to go. I couldn’t bare the thought of jumping straight into a graduate job and joining the daily 9 to 5 grind and saving for that un-affordable mortgage that pins you down for life. So what else was there?

Well I’ve always wanted to travel and see the world we live in, experience vastly different cultures and maybe in amongst all of this discover what I really want from life. Well that was two years ago and guess what; I am still on that journey and I cannot see it ending anytime soon! No, I haven’t truly discovered what I want to do for the rest of my life but what this travelling has done is open my eyes to a whole new way of living, offering unforgettable experiences and opportunities which I am truly grateful for.

Who says we have to go to University? Who says we have to get a steady job, an apartment and begin saving for the future so when we retire we can then maybe travel? Society makes us feel like we have to live a certain way but the truth is we can really do whatever we want and if we love what were doing then how can that be wrong? So, why-not ?!”

grant2grant1

IASIS [EN]

` Our first days in the Philippines were magnificent. As Mathilde used to work for a local NGO – Gawad Kalinga – we decided to go and visit for a week time. The IASIS Center team – a wellness center implanted in the Gawad Kalinga NGO – were waiting for us at the airport and welcomed us to the center.

IASIS is a hotel-restaurant and wellness spa that provides traditional therapies to anyone who is willing to go through detox. A Detox program aims to help you get ride off toxines from your body. IASIS is not only a wellness center. Contrary to common spas, IASIS embraces the idea of wellness as a whole, which includes body, mind and environment..

In order to take care of your body, the center offers several services from massages, sauna to yoga and organic food diet. To appease the mind, IASIS provides meditation and relaxation sessions within a peaceful and natural environment. Residents are also welcomed to commit to the NGO activities (farming, social entrepreneurship) in order to experience cure through self-giving. Finally, all products used/cooked in IASIS are locally sourced and organic (as much as possible) so as to respect the environment and support the local economy. The social vision of IASIS is fully supported by the entire team that was the very first beneficiaries of the treatments and healthy life style proved by the center. The staff training expenses have been entirely covered by IASIS and benefits are redistributed to the NGO.

Iasis

IASIS wants to help its clients to adopt healthier life style practices. Clients benefit from a nutritionist diagnostic at their arrival in order to adapt their diet and activities program for the length of their stay. Wholeness trainings are also offered to the visitors to help them adopt daily healthy practices once back to everyday life.

Staying in IASIS would benefit your body, soul and be beneficial for the poor communities around you. Doing good to others while doing good to yourself! Why-not Women thanks IASIS for its generosity and warm welcoming. We wish you the greatest success as this will benefit all of us.

Want to visit IASIS ? More info here. 

IASIS [FR]

`Nos premiers jours aux Philippines ne pouvaient pas être plus rayonnants. A notre arrivée, nous attendait l’équipe du IASIS Center, centre de bien-être implanté au sein de l’ONG Gawad Kalinga pour laquelle Mathilde avait travaillé en 2013.

Le IASIS est un hotel-restaurant et centre de bien-être offrant des thérapies traditionnelles pour toute personne souhaitant effectuer un programme ‘détox’, c’est-à-dire qui cherche à éliminer les toxines présentes dans notre corps. Le IASIS n’est donc pas seulement un centre de bien-être. A l’inverse des centres de relaxation et spa traditionnels, IASIS considère que la question du bien-être enveloppe le corps, l’esprit et l’environnement.

Afin de purifier le corps, le centre offre une multitude de traitements traditionnels (massages, sauna, yoga) et une cure alimentaire (fruits et légumes) favorisant le rejet des toxines de notre corps. Pour apaiser l’esprit, le centre propose des séances de relaxation et méditation, ainsi qu’un lieu de vie calme, entouré par la nature philippine. Les résidents du IASIS sont également invités à s’investir auprès de l’ONG abritant le centre pour s’épanouir à travers le contact humain. Enfin, tous les produits utilisés/cuisinés par les équipes du centre sont issus de l’agriculture locale (et sociale) afin de respecter l’environnement et les communautés locales. L’ambition du centre étant aussi sociale, les équipes IASIS ont été la premiers bénéficiaires des traitements et cures, et leur formation a été intégralement prise en charge par IASIS. Les bénéfices des activités du centre sont redistribués à l’ONG Gawad Kalinga.

Iasis

IASIS souhaite permettre à tous ses résidents d’améliorer leurs habitudes de vie pour une vie plus saine et plus harmonieuse. Les résidents bénéficient à leur arrivée d’une consultation avec un diététicien pour adapter le programme ‘détox’ durant leur séjour. Des formations sont également proposées pour permettre aux visiteurs de mieux connaitre les pratiques quotidiennes de bien-être et de prévention des maladies.

Séjourner au IASIS est bon pour votre corps et votre esprit, mais également pour l’environnement et les communautés pauvres philippines. Why-Not Women remercie IASIS pour sa générosité et son accueille. Nous souhaitons une grande réussite au centre, pour le bien de tous.

Cliquez pour découvrir IASIS 

Soap 4 Life [EN]

10614336_326588300854326_3210238000515476235_n

On our way to Southern Laos, we stopped in the country capitale, Vientiane. On the recommandation of a French friend, we contacted a social entrepreneur based in the city. We had the great chance to meet up with Mac Maness, and his wife La, on the very day we arrived in Vientiane. And what a welcoming surprise!

Mac is an American expat in his fifties who has been working in Laos for couple of years already. After experiencing NGO work with Abundant Water, Mac realized that fighting poverty required a holistic approach, both economic and educational. What can be done with so few resources?

 

Mac noticed that one of the major sanitation issues in Laos was the lack of hygiene practices among poor communities, and mainly because rural people do not have access to soap. Yet, all ingredients of soap can be locally sourced in Laos. Mac and La started making their own soaps, and soon were able to train other local women to do so.

12

Their aims were three-fold: 1. Share good practices to reduce diseases related to unhygienic environment ; 2. provide business tools to women who wants to generate new incomes ; 3. empower women to take more responsibilities in their village committees.

By training women how to make and sell soap, Mac and La actually gave them great opportunities to increase their daily incomes and thus, their social status. Besides, their trainings had a multiplying effect as the trainees started teaching other women how to make soap. « This is why I wanted to work with women, said Mac. Women would share their knowledge while men would keep it for themselves and try to make the most profit out of it ».

Soap4Life soaps do not compete with the very cheap, but chemical, Malaysian or Chinese soaps. However a one-dollar soap-bar sold allows Mac and La to fund more trainings for Lao women. We tested it, and we loved it !

To order Soap4Life soaps, or support the initiative, go on : http://soap4life.weebly.com

3

Soap 4 Life [FR]

10614336_326588300854326_3210238000515476235_nNotre périple Laotien fut riche en rencontres inspirantes. Après notre RDV avec Sébastien du CCE, nous voilà en route pour rencontrer un entrepreneur recommandé par une amie française. Après plusieurs péripéties sur le chemin, nous arrivons devant la maison de Mac Maness, un quinquagénaire américain installé au Laos depuis plusieurs années. Mac a travaillé auprès de l’ONG Abundant Water, mais réalisant qu’il était plus pérenne de mettre en place des activités génératrices de revenus pour les femmes laotiennes, Mac réfléchit à un produit facilement réalisable avec des matériaux locaux.

La question de l’hygiène étant préoccupante au Laos, Mac réalise que les populations locales n’ont tout simplement pas accès au savon. Or tous les ingrédients nécessaires à sa fabrication peuvent être trouvés au Laos. Mac se lance alors dans la fabrication de savon bio. Très vite, il se donne pour mission de former des femmes de la région de Vientiane à faire de même. Les femmes se procurent facilement la soude et les graisses végétales nécessaires à la fabrication du savon, et une fois formées, transmettent leur savoir à d’autres femmes des villages alentours. « Voilà pourquoi je travaille avec des femmes, nous confie Mac, elles transmettent leur savoir-faire, quand les hommes les protègent pour en tirer plus de profits ». Tout en parlant, Mac et sa femme La nous montrent le processus de fabrication du savon. Rien de plus simple lorsque l’on connait les proportions !

12

Soap4Life a déjà formé une centaine de femmes à la fabrication du savon dans une trentaine de villages. En plus de cela, l’ONG les conseille dans la gestion de leurs ventes afin que la production de savon soit une activité lucrative pour elles. La se charge du suivi des formations et reste en contact par téléphone avec chacune des femmes formées.

Les savons de Soap4Life ne rivalisent pas encore avec les prix des savons chimiques importés de Malaisie ou de Chine, mais une barre de savon Soap4Life achetée, c’est une formation pour des femmes laotiennes de subventionnée !

Pour vous procurer des savons Soap4Life, ou simplement soutenir l’ONG, rendez-vous sur : http://soap4life.weebly.com

Nous les avons testés et nous les adorons !

3