Grant Thomas, deux ans sur la route

Nous avons rencontré Grant à Vientiane, capitale du Laos, et avons continué de voyager ensemble une semaine. Grant était ingénieur, mais a quitté son pays – l’Ecosse -, sa startup et tout le reste pour un voyage temporaire… enfin c’est ce qu’il croyait. Découvrez son témoignage !

grant3

A la frontière entre le Laos et le Cambodge !

« Une fois diplômé, la seule chose que je savais était que je n’avais pas la moindre idée de ce que je voulais faire de ma vie ! Je ne pouvais pas supporter l’idée de me lancer dans la vie avec un travail de bureau qui me permettrait de rembourser des prêts, et d’assumer des responsabilités dont je ne voulais absolument pas. Mais que faire d’autre ?

J’ai toujours voulu voyager et découvrir le monde autour de moi, de nouvelles cultures et pourquoi pas ce que je souhaitais vraiment faire de ma vie. Je suis parti il y a deux ans, et devinez quoi ! Je voyage toujours et je ne suis pas prêt de m’arrêter. Je n’ai peut-être pas découvert ce que je voulais faire plus tard, mais tous ces voyages m’ont ouvert les yeux sur un mode de vie complètement différent, des rencontres et des expériences inoubliables.

Qui a dit que l’université était la seule option ? Qui a dit que nous devions trouver un travail stable, un appartement et passer notre jeunesse à économiser pour notre retraite ? La société nous pousse à croire qu’il n’y un qu’un seul mode de vie acceptable. La vérité est que nous sommes libres de faire nos propres choix, réellement libres. Et si nous aimons ce que nous faisons, alors pourquoi pas ?! »

grant2grant1

Grant Thomas, two years On the Road

We met Grant in Vientiane and kept traveling together one week in Laos. Grant was an engineer but left his country, Scotland, his company and his comfortable life to go on the road. Here is an inspiring word from him!

grant3

On the Lao-Cambodian border!

“When I graduated from University I knew already that I hadn’t the faintest clue about what I wanted to do and where I wanted to go. I couldn’t bare the thought of jumping straight into a graduate job and joining the daily 9 to 5 grind and saving for that un-affordable mortgage that pins you down for life. So what else was there?

Well I’ve always wanted to travel and see the world we live in, experience vastly different cultures and maybe in amongst all of this discover what I really want from life. Well that was two years ago and guess what; I am still on that journey and I cannot see it ending anytime soon! No, I haven’t truly discovered what I want to do for the rest of my life but what this travelling has done is open my eyes to a whole new way of living, offering unforgettable experiences and opportunities which I am truly grateful for.

Who says we have to go to University? Who says we have to get a steady job, an apartment and begin saving for the future so when we retire we can then maybe travel? Society makes us feel like we have to live a certain way but the truth is we can really do whatever we want and if we love what were doing then how can that be wrong? So, why-not ?!”

grant2grant1

IASIS [EN]

` Our first days in the Philippines were magnificent. As Mathilde used to work for a local NGO – Gawad Kalinga – we decided to go and visit for a week time. The IASIS Center team – a wellness center implanted in the Gawad Kalinga NGO – were waiting for us at the airport and welcomed us to the center.

IASIS is a hotel-restaurant and wellness spa that provides traditional therapies to anyone who is willing to go through detox. A Detox program aims to help you get ride off toxines from your body. IASIS is not only a wellness center. Contrary to common spas, IASIS embraces the idea of wellness as a whole, which includes body, mind and environment..

In order to take care of your body, the center offers several services from massages, sauna to yoga and organic food diet. To appease the mind, IASIS provides meditation and relaxation sessions within a peaceful and natural environment. Residents are also welcomed to commit to the NGO activities (farming, social entrepreneurship) in order to experience cure through self-giving. Finally, all products used/cooked in IASIS are locally sourced and organic (as much as possible) so as to respect the environment and support the local economy. The social vision of IASIS is fully supported by the entire team that was the very first beneficiaries of the treatments and healthy life style proved by the center. The staff training expenses have been entirely covered by IASIS and benefits are redistributed to the NGO.

Iasis

IASIS wants to help its clients to adopt healthier life style practices. Clients benefit from a nutritionist diagnostic at their arrival in order to adapt their diet and activities program for the length of their stay. Wholeness trainings are also offered to the visitors to help them adopt daily healthy practices once back to everyday life.

Staying in IASIS would benefit your body, soul and be beneficial for the poor communities around you. Doing good to others while doing good to yourself! Why-not Women thanks IASIS for its generosity and warm welcoming. We wish you the greatest success as this will benefit all of us.

Want to visit IASIS ? More info here. 

IASIS [FR]

`Nos premiers jours aux Philippines ne pouvaient pas être plus rayonnants. A notre arrivée, nous attendait l’équipe du IASIS Center, centre de bien-être implanté au sein de l’ONG Gawad Kalinga pour laquelle Mathilde avait travaillé en 2013.

Le IASIS est un hotel-restaurant et centre de bien-être offrant des thérapies traditionnelles pour toute personne souhaitant effectuer un programme ‘détox’, c’est-à-dire qui cherche à éliminer les toxines présentes dans notre corps. Le IASIS n’est donc pas seulement un centre de bien-être. A l’inverse des centres de relaxation et spa traditionnels, IASIS considère que la question du bien-être enveloppe le corps, l’esprit et l’environnement.

Afin de purifier le corps, le centre offre une multitude de traitements traditionnels (massages, sauna, yoga) et une cure alimentaire (fruits et légumes) favorisant le rejet des toxines de notre corps. Pour apaiser l’esprit, le centre propose des séances de relaxation et méditation, ainsi qu’un lieu de vie calme, entouré par la nature philippine. Les résidents du IASIS sont également invités à s’investir auprès de l’ONG abritant le centre pour s’épanouir à travers le contact humain. Enfin, tous les produits utilisés/cuisinés par les équipes du centre sont issus de l’agriculture locale (et sociale) afin de respecter l’environnement et les communautés locales. L’ambition du centre étant aussi sociale, les équipes IASIS ont été la premiers bénéficiaires des traitements et cures, et leur formation a été intégralement prise en charge par IASIS. Les bénéfices des activités du centre sont redistribués à l’ONG Gawad Kalinga.

Iasis

IASIS souhaite permettre à tous ses résidents d’améliorer leurs habitudes de vie pour une vie plus saine et plus harmonieuse. Les résidents bénéficient à leur arrivée d’une consultation avec un diététicien pour adapter le programme ‘détox’ durant leur séjour. Des formations sont également proposées pour permettre aux visiteurs de mieux connaitre les pratiques quotidiennes de bien-être et de prévention des maladies.

Séjourner au IASIS est bon pour votre corps et votre esprit, mais également pour l’environnement et les communautés pauvres philippines. Why-Not Women remercie IASIS pour sa générosité et son accueille. Nous souhaitons une grande réussite au centre, pour le bien de tous.

Cliquez pour découvrir IASIS 

Soap 4 Life [EN]

10614336_326588300854326_3210238000515476235_n

On our way to Southern Laos, we stopped in the country capitale, Vientiane. On the recommandation of a French friend, we contacted a social entrepreneur based in the city. We had the great chance to meet up with Mac Maness, and his wife La, on the very day we arrived in Vientiane. And what a welcoming surprise!

Mac is an American expat in his fifties who has been working in Laos for couple of years already. After experiencing NGO work with Abundant Water, Mac realized that fighting poverty required a holistic approach, both economic and educational. What can be done with so few resources?

 

Mac noticed that one of the major sanitation issues in Laos was the lack of hygiene practices among poor communities, and mainly because rural people do not have access to soap. Yet, all ingredients of soap can be locally sourced in Laos. Mac and La started making their own soaps, and soon were able to train other local women to do so.

12

Their aims were three-fold: 1. Share good practices to reduce diseases related to unhygienic environment ; 2. provide business tools to women who wants to generate new incomes ; 3. empower women to take more responsibilities in their village committees.

By training women how to make and sell soap, Mac and La actually gave them great opportunities to increase their daily incomes and thus, their social status. Besides, their trainings had a multiplying effect as the trainees started teaching other women how to make soap. « This is why I wanted to work with women, said Mac. Women would share their knowledge while men would keep it for themselves and try to make the most profit out of it ».

Soap4Life soaps do not compete with the very cheap, but chemical, Malaysian or Chinese soaps. However a one-dollar soap-bar sold allows Mac and La to fund more trainings for Lao women. We tested it, and we loved it !

To order Soap4Life soaps, or support the initiative, go on : http://soap4life.weebly.com

3

Soap 4 Life [FR]

10614336_326588300854326_3210238000515476235_nNotre périple Laotien fut riche en rencontres inspirantes. Après notre RDV avec Sébastien du CCE, nous voilà en route pour rencontrer un entrepreneur recommandé par une amie française. Après plusieurs péripéties sur le chemin, nous arrivons devant la maison de Mac Maness, un quinquagénaire américain installé au Laos depuis plusieurs années. Mac a travaillé auprès de l’ONG Abundant Water, mais réalisant qu’il était plus pérenne de mettre en place des activités génératrices de revenus pour les femmes laotiennes, Mac réfléchit à un produit facilement réalisable avec des matériaux locaux.

La question de l’hygiène étant préoccupante au Laos, Mac réalise que les populations locales n’ont tout simplement pas accès au savon. Or tous les ingrédients nécessaires à sa fabrication peuvent être trouvés au Laos. Mac se lance alors dans la fabrication de savon bio. Très vite, il se donne pour mission de former des femmes de la région de Vientiane à faire de même. Les femmes se procurent facilement la soude et les graisses végétales nécessaires à la fabrication du savon, et une fois formées, transmettent leur savoir à d’autres femmes des villages alentours. « Voilà pourquoi je travaille avec des femmes, nous confie Mac, elles transmettent leur savoir-faire, quand les hommes les protègent pour en tirer plus de profits ». Tout en parlant, Mac et sa femme La nous montrent le processus de fabrication du savon. Rien de plus simple lorsque l’on connait les proportions !

12

Soap4Life a déjà formé une centaine de femmes à la fabrication du savon dans une trentaine de villages. En plus de cela, l’ONG les conseille dans la gestion de leurs ventes afin que la production de savon soit une activité lucrative pour elles. La se charge du suivi des formations et reste en contact par téléphone avec chacune des femmes formées.

Les savons de Soap4Life ne rivalisent pas encore avec les prix des savons chimiques importés de Malaisie ou de Chine, mais une barre de savon Soap4Life achetée, c’est une formation pour des femmes laotiennes de subventionnée !

Pour vous procurer des savons Soap4Life, ou simplement soutenir l’ONG, rendez-vous sur : http://soap4life.weebly.com

Nous les avons testés et nous les adorons !

3

POOJA, ÊTRE UNE FEMME ENTREPRENEURE PASSIONNÉE DANS LA CAMPAGNE INDIENNE ? WHY NOT ?

Nous rencontrons Poona Shahi dans le train du Jagriti Yatra, un voyage à la rencontre des grandes figures de l’entrepreneuriat en Inde et un appel au changement social par la jeunesse indienne. Sa présence n’était pas un hasard. Pooja est une boule d’enthousiasme et d’engagement. Pooja est une vraie entrepreneure sociale. Chaque détail de son histoire le démontre.
10830429_931892213488193_1778490983801372403_o

 Dans son village, les femmes restent à la maison. Pas elle.

Pooja a grandi, avec les 16 membres de sa famille, dans un petit village de la région de Deveria, dans le nord-est de l’Inde. Son père, comme 80% de la population, cultive la terre. Le reste des villageois tiennent de petites épiceries ou sont artisans. Dans cette région reculée, les femmes restent à la maison. Et ce n’est pas une question de choix. Et ce n’est pas une question de choix.

Mais Pooja veut avoir le choix. Alors que les femmes de son village restent entre quatre murs, Pooja parcourt le pays à bord d’un train pendant plus de 15 jours, aux côtés d’autres entrepreneurs sociaux, étudiants, consultants ou journalistes, et nous.

Lorsqu’on lui demande de nous raconter sa vie, sa réponse est simple et honnête. Simple pour elle, incroyable pour nous. A 14 ans, Pooja décide de rejoindre un atelier de confection de Sari (tenue traditionnelle indienne). Mais la patronne la renvoie. Frustrée, Pooja rentre chez elle et décide d’apprendre par elle-même. Son premier sari est tellement beau qu’une vingtaine de ses amies lui en réclament d’autres. Voilà comment est Pooja, obstinée et spontanée.

Un jour elle entend au détour d’une conversation le terme de « macramé ». Elle cherche le mot en ligne et tombe sur le site d’une entreprise basée dans une ville de la région. Pooja décide de rendre visite à l’entreprise. Mais une fois sur place, un employé lui explique qu’elle a mal écrit le mot et que cette entreprise n’a rien à voir avec la confection de macramé. Malgré une honte passagère, elle demande la bonne orthographe du mot et rentre chez elle continuer ses recherches. Enfin, elle trouve une vidéo en ligne expliquant comment confectionner des objets décoratifs à partir de macramé. Elle décide d’essayer. Elle achète le matériel nécessaire et fait un essai. Elle est si fière du résultat qu’elle l’expose à tout son village. Encore une fois, c’est un succès. Pooja décide de monter son entreprise. Simple, non ? .

Son principal défi ? Une bonne connexion internet.

Au total, Pooja a formé plus de 120 femmes de sa région à confectionner des objets décoratifs à partir de macramé. Pooja crée ses propres produits : cadres à miroir, chandeliers, jouets et bijoux. Elle forme aussi dix nouvelles formatrices qui voyagent à travers la région pour répandre ce nouveau savoir-faire. Quand on lui demande si elle n’a pas peur que ses nouvelles élèves lui volent son marché, elle répond simplement que la question ne se pose même pas. Après chaque formation, elle propose aux femmes de travailler avec elle, ou monter leur propre entreprise. Elle leur explique qu’en restant avec elle, les femmes réduisent leurs coûts marketing et d’achat de matières premières, car elles achètent groupé. Devinez ce qu’elles choisissent ?

Pooja développe ses propres créations à partir des tutorats en ligne. Or son principal défi est de parvenir à charger une vidéo en ligne. Elle nous raconte comment elle a passé des heures sur le toit de sa maison pour charger une vidéo de deux minutes sur son téléphone. Voilà le défi d’une jeune femme qui parvient à offrir des opportunités économiques à plus d’une centaine de femmes de sa région !

De la chance ? Non, de la ténacité.

Son rêve est de permettre, d’ici à 5 ans, aux femmes de son village de gagner suffisamment d’argent pour envoyer leurs enfants à l’école. En parlant d’études, Pooja nous avoue avec un immense sourire qu’elle est inscrite en Licence d’Arts à l’université mais qu’elle n’y a jamais mis les pieds, préférant développer son propre projet.

Pooja a eu la chance d’avoir un père qui lui a appris à suivre ses convictions. Il ne l’a peut-être pas encouragée, mais il ne l’a jamais empêchée de réaliser son rêve. Mais ne voyez aucune « chance » dans ce que Pooja accomplit, seulement de l’obstination. Obstination qui l’a poussée à refuser un mariage arrangé (acte tout à fait banal en Inde). Obstination qui rassemble les femmes artisanes autour d’elle. Les principales qualités d’un leader selon Pooja ? Honnêteté et travail. Ne jamais mentir ou décevoir ses employées, être transparente et instaurer des relations de confiance. Nous sommes convaincues que ces valeurs seront la raison même de son succès.

Mais le succès, le vrai, elle l’a déjà atteint. Elle s’est donné les moyens d’être heureuse. Elle fait ce qu’elle aime. Même le Jagriti Yatra n’est qu’une opportunité pour apprendre à confectionner de nouveaux produits. Tout au long de l‘interview, je pouvais observer son visage, le traducteur me transcrivant ses paroles en décalé. J’ai pu voir son sourire lorsqu’elle racontait comment son aventure avait commencé, comment pour la première fois elle avait brodé son sari. J’ai vu la détermination dans ses yeux lorsqu’elle expliquait comment elle avait découvert le macramé sur une vidéo Youtube, et qu’elle y avait vu un avenir pour les femmes de son village. J’ai vu la fierté de pouvoir mettre sa passion au service des autres. Le bonheur, ce n’est pas si compliqué.

DSC_0856

Merci à Kaustubh Prabhu pour la traduction

Sebastien Duffillot and the Elephant Conservation Center [EN]

541544_271678216248507_1763772246_nDuring our short stay in Laos, we heard of the Elephant Conservation Center (ECC), highly recommended to tourists stopping by Luang Prabang. Unable to go there, we sent an email to its co-founder, Sebastien Duffillot, and organized an interview in Vientiane. Learn more about his incredible journey across elephant preservation in Laos and discover his point of view about the growing industry of elephants’ tourism. Découvrez dans cet article son parcours et son avis sur le tourisme autour des éléphants.

A hyperactive dedicated to elephants’ defense in Laos

Sebastien started his career in the French embassy in Bangkok. He first discovered Laos when he went to meet a friend working at the embassy in Vientiane. Later on, he came back to Laos as a director of a graphic creation agency and stayed there 6 years.

Faced with the recurrent use of elephant symbols in his work, he started wondering why there were so few elephants in Laos, so called the “Land of a million elephants”. He soon realized that if elephants are a strongly rooted in the Lao culture, they are in danger of extinction. There are only 450 domestic and 300 wild elephants left in Laos. Far from a million… Reasons are diverse: deforestation, Vietnam War slaughters, mechanization of forester work, etc. Ideas became to grow in his mind on how to tackle this issue.

Photo by Paul Wager

In 2002, Sebastien organized an elephants’ caravan to raise awareness among local populations and tourists. From January to April 2002, 4 elephants walked 1300 km across Laos. Originally created for the caravan, the association ElefantAsia remained and extended its activities: elephants’ working conditions improvements, support to the elephants’ drivers in their conversion because of forester work mechanization living them without job or creation of a mobile clinic to take care of elephants on their workplace. He also created an association of mahouts to manage forest elephants’ rides. An annual festival modelled on the caravan takes place every February in Sayaboury and gathered for the last edition 12 elephants and around 100 000 people.

To go one step further, he co-founded in 2011 the Elephant Conservation Centre, a mix of ecotourism and animal welfare. There live 9 elephants, welcoming tourists-volunteers all throughout the year who can come and learn about the elephants through observation and information, without any impairing physical interaction. There is also a nursery conducting a reproduction programme.

His view on the elephants’ tourism industry

You might have heard about it, some videos and articles were recently shared on the web showing atrocious tortures used to domesticate elephants. In Europe, some touristic agencies already banned elephants’ rides from their programmes. We ourselves were the first ones to refuse an elephant ride in Thailand few weeks ago. We asked Sebastien about it, and here is what he shared with us.

“Without tourism, elephants have to beg or work in difficult conditions in forest. Banning elephants’ rides is causing an epidermal reaction on a way deeper problem.“

First, there are insufficient protected forests to release them. Secondly, there is a difference between elephants born in a domestic environment and wild elephants. The videos captured in Burma display techniques to ‘break in’ wild elephants. Other videos were captured in Thailand, where government banned in 1989 forest work. Mahouts with experience in training disappeared because of that, elephants became beggars. The ones on the videos are amateurs and not mahouts trying to train elephants. A real mahout takes good care of its elephant. The cases in these videos are not widespread.

Mae Kham Ohn, female of the ECC

In the EEC for example, training is a two-step process. One traditional phase with a shaman – without which no mahout would accept to ride the elephant -, where the elephants is in a cage 12 days and separated from his mother, but nothing different from any other animal training, with no use of violence. Then, they use a phase of positive strengthening based on a rewards system, necessary to ease vet treatments.

In the end, one suitable solution could consist in protecting wild elephants and better control tourism and elephants treatment. In this regard, Sebastien would like in the coming years to work on a ranking-reward of elephants organizations to inform tourists about it and allow them to choose the best one.

Help the ECC to fund its next caravan here.

 

DCIM100GOPRO

Thanks!