2 – Carolyne, Apps and Girls [EN]

Apps and Girls is a Tanzania-based organization that provides free excellent coding skills to young girls in order to bridge the gender gap in ICT (Information and Communication Technologies).

Carolyne Ekyarisiima graduated from ICT and became an ICT teacher at the KIU in Dar Es Salaam, Tanzania. She was always puzzled to find so few girls in her classes while many boys seemed eager to take ICT courses. Carolyne first opened coding clubs in university to attract more girls into ICT classes. Yet, she soon realized that she had to target even younger girls to make sure that the new generation of female students would undertake ICT courses.

 

Apps and Girls partners with 9 primary and secondary schools in Dar Es Salaam, and has been training over 240 girls since June 2013. Girls are trained to code their own website in order to implement solutions to social issues they have identified. By the end of the year, the girls are attending a competition where they can champion their own project to win a grant, free trainings and free website hosting. This year the Annual Hackaton and Competition will take place in Dar Es Salaam on December 2014, 12th.

Apps and Girls also provides ICT trainings to housewives, also call Mamas. With the Teknomama programs, women are rained to use properly their phones and computers. Thus, they are even able to help their kids doing their ICT homework, and improve their self-owned business profitability.

Apps and Girls is facing several challenges to develop. First, the lack of computers prevents the organization from welcoming more girls to the training. Second, some parents would refuse their daughters to keep on learning coding and computer sciences as they consider that the Internet is spoiling their girls. « My dad said I should not come anymore. they think Internet is going to spoil me. It’s not good for me » some girls told Carolyne. Some students have already been forced to quit Apps and Girls because of their parents’ s believes or unwillingness to invest in girls’s education.

But she goes on. Carolyne is deeply convinced that ICT are powerful tools to empower women and rise their voices broadly. According to her, women would be able to get better paid jobs, develop their own business or even learn about their rights if they possess the basic ICT skills and proper access to computers. As we interviewed Apps and Girls participants, we also realized that girls are now fully aware of their potential to go to university, get a decent job, and why not becoming change-makers.

Let us introduce you to Winnie Godlove. Winnie is 15 years-old. She has been attending Apps and Girls trainings for 4 months. Besides developing coding skills, Winnie was asked to imagine solutions for a social issue that outraged her. She stood up to fight discrimination against fistulas victims. Her dream is to give voices to the women who recovered from fistula, in order to inform other women about precautions before birth labor, existing treatments, and how to overcome such a tragedy. She also thought of a micro loans system to support women’s economic start-over. Winnie is today building the Fanikisha Mama platform and getting ready for the December Competition.

 

Carolyne plans to partner with even more schools. « We are planning on building a mobil lab which will reach other schools in other areas » Carolyne said. How one can help Apps and Girls ? Send computers, share Carolyne’s story, and even better : go to Tanzania to volunteer as ICT teacher, business developer or designer ! You won’t regret the experience.

You can support Carolyne and Apps and Girls here
 

Advertisements

1 – Carolyne, Apps and Girls [FR]

En Tanzanie, comme partout ailleurs, les femmes utilisent moins les nouvelles technologies (TIC) que les hommes. Ces disparités d’accès et de maitrise des nouvelles technologies creusent d’autant plus les inégalités entre hommes et femmes. App&Girls s’attaque à ce gender gap technologique et permet aux jeunes filles de devenir actrices de changement en maîtrisant le langage informatique.

App&Girls : les filles s’emparent des nouvelles technologies

 

Carolyne Ekyarisiima est une jeune entrepreneuse, passionnée par l’enjeu des nouvelles technologies, et fermement décidée à en faire profiter les jeunes filles Tanzanie. Originaire de Kampala, Uganda, elle vit aujourd’hui à Dar Es Salaam, capitale économique de la Tanzanie. Carolyne est diplômée en informatique et a enseigné cette matière à la Kampala International University of Dar Es Salaam. Que ce soit en tant qu’étudiante ou enseignante, Carolyne s’est toujours désolée de voir si peu de jeunes filles dans les classes d’informatique. D’autant plus désolée que selon elle, les nouvelles technologiques sont de formidables outils pour lutter contre les inégalités de genre et donner plus de visibilité aux femmes. Carolyne prend rapidement conscience que le travail d’éducation et d’information doit être effectué auprès des jeunes élèves. Or, les cours de technologie sont délaissés dans les écoles primaires et secondaires. Pis, les jeunes filles croient que l’informatique est une matière de garçons. Convaincue qu’en tant que femme, elle peut agir pour faire changer les mentalités, Carolyne démissionne de son poste d’enseignante et crée Apps and Girls. Son objectif? Une égalité d’accès et de maitrise des nouvelles technologies entre hommes et femmes.

 

Apps and Girls est une organisation Tanzanienne, basée à Dar Es Salaam, dont l’activité principale est de dispenser gratuitement des cours de code et d’informatique à des jeunes filles âgées de 10 à 18 ans. Apps and Girls a été créé avec l’objectif de participer à la réduction des inégalités d’accès aux TIC entre les hommes et les femmes. En permettant aux jeunes filles du primaire et secondaire de développer des compétences en informatique, Carolyne Ekyarisiima espère réveiller une génération des jeunes femmes conscientes de leur potentiel d’action en tant qu’ingénieurs, entrepreneurs et leaders.

Après un an et demi d’activité, Apps and Girls intervient dans 9 écoles de Dar Es Salaam (et trois partenariats de plus attendus en janvier 2015), et a formé plus de 240 jeunes filles à utiliser un ordinateur et coder leur propre site Internet. Apps and Girls compte aujourd’hui une dizaine de formateurs bénévoles et deux salariés à temps-plein qui se relayent pour animer cours hebdomadaires de code, Hackaton, Boot Camps et compétitions annuelles.

Les défis actuels d’Apps and Girls sont plus complexes qu’on ne pourrait le croire à première vue. Bien évidemment, l’association a un besoin urgent de se doter de plus d’ordinateurs afin d’être en capacité d’accueillir plus de jeunes filles aux formations et de ne plus dépendre du matériel fourni par les écoles primaires et secondaires. Pourtant, « le plus grand défi, nous confie Carolyne Ekyarisiima, ce sont les parents ». Certains parents d’élèves refusent d’investir du temps et de l’argent dans l’éducation de leurs filles.

Carolyne souligne la difficulté de les convaincre du potentiel des nouvelles technologies : « Beaucoup de parents pensent que c’est une affaire de garçons, et que des filles n’y comprendront rien. Certains parents pensent même qu’Internet est un outil dangereux qui portera préjudice à leurs filles. Parfois, il suffit de leur expliquer ce que nous enseignons pendant les formations pour les faire changer d’avis. Mais parfois, des jeunes filles doivent abandonner la formation en cours ». Le plus grand défi pour Carolyne est donc de parvenir à faire évoluer les mentalités et de faire prendre conscience aux adultes des avantages qu’offrent les TIC à leurs enfants.

Nous avons pu observer deux principaux facteurs expliquant ce « gender gap ». D’une part, les parents sont traditionnellement moins enclins à investir temps et argent dans l’éducation de leurs filles que dans celle de leur fils. Les jeunes filles étudient moins longtemps que les garçons, disposent de moins de supports pédagogiques, et de libertés d’adhérer à des clubs d’informatique. D’autre part, comme l’explique Steve Henn, dans son article When Women stop Coding, il semble que les garçons soient naturellement plus attirés par les outils multimédias en raison du marketing des TIC. Les jeunes garçons grandissent avec des jeux vidéos designés pour eux : logique donc qu’ils s’approprient plus facilement l’outil informatique. Permettre aux femmes d’accéder aux nouvelles technologies, c’est opérer un mouvement de conscientisation de leurs droits, améliorer leur visibilité en ligne et favoriser leur émancipation grâce à de nouveaux outils.

Chaque année au mois de décembre, Apps and Girls organise une Compétition rassemblant près de 150 jeunes filles venues défendre un projet d’utilité sociale. Les mois précédant la compétition, les équipes d’étudiantes élaborent des solutions IT pour répondre à des besoins sociaux ou environnementaux. Elles mettent ainsi en pratique les compétences acquises lors des formations de code dispensées par Apps and Girls. Cette année, Apps and Girls comptait plus de 40 projets en lice.

Why-Not Women a rencontré une dizaine d’équipes lors de sa mission à Dar Es Salaam. Parmi tous ces beaux projets, celui de Winnie Godlove, jeune collégienne de 15 ans, a particulièrement retenu notre attention. Ecœurée par le traitement infligé aux femmes souffrant de fistules [3] après un accouchement difficile ou un viol, elle veut en finir avec les tabous qui oppressent les victimes. Chaque année, on décompte plus de 3 000 cas de femmes souffrant de fistules en Tanzanie. Celles qui ne sont pas opérées rapidement, sont rejetées de leur communauté et meurent d’infection dans les jours qui suivent. Or des traitements existent et pourraient sauver des milliers de vies. Forte de ses nouvelles compétences en informatique, Winnie décide de créer une plateforme de discussion en ligne – Fanikisha Mama – pour permettre aux rescapées de témoigner, partager leurs expériences et conseils avec d’autres femmes souffrant de fistules. D’autre part, la plateforme devrait permettre aux visiteurs d’effectuer un don en ligne pour aider une femme à se reconstruire en démarrant une activité génératrice de revenus. Winnie espère pouvoir aider des milliers de femmes à se reconstruire, ou simplement empêcher la mort de centaines d’entre elles. Si la plateforme n’est pas encore active sur le web, Winnie a remporté la Compétition Apps and Girls le 12 décembre dernier.

 

Apps and Girls ne se contente ainsi pas de former des jeunes filles à rédiger des lignes de codes. Carolyne, et les autres formateurs bénévoles leur permettent de mettre leurs connaissances au service de causes sociales ou environnementales, et ainsi de se positionner en tant qu’actrices de changement pour leur pays. De ce fait, Apps and Girls participe à l’émergence d’une génération de jeunes femmes engagées, compétentes et responsables.

3 – Hold-Up – For Apps and Girls at Buni Hub

On November 18th, the BUNI Hub welcomed its very first Hold-Up session to solve a challenge for Apps&Girls, a Tanzanian social enterprise. A Hold-U p is a creative brainstorming that would gather social entrepreneurs and students during a 2 hours-session in order to provide free creative business solutions for social entrepreneurs. The methodology has been implemented by a French organisation called MakeSense. Today, MakeSense community counts thousands of « gangsters » all around the world and has been solving hundreds of challenges for social enterprises. If you want to know more about MakeSense and join the community, please contact Chloé, MakeSense community manager, at chloe@makesense.org.

Capture d’écran 2014-11-19 à 17.56.36Last week, more than 15 young creative people met at BUNI to help Apps&Girls change parents’ perspective about ICT trainings for their daughters. Apps&Girls is a social organisation based in Dar Es Salaam providing free ICT courses to 10-18 years old girls. With Apps&Girls, Carolyne Ekyarisiima contributes to bridge the gender gap in ICT in Tanzania, and empower young girls with excellent and valuable skills.

Our wannabe gangsters came out with creative solutions for Apps&Girls to convince parents that their daughters would benefit from ICT courses. Be it a concert or an advertisement campaign, gangsters have demonstrated great enthusiasm and genius to innovate for Apps&Girls.

Watch the video of the Hold-Up here: