Grant Thomas, deux ans sur la route

Nous avons rencontré Grant à Vientiane, capitale du Laos, et avons continué de voyager ensemble une semaine. Grant était ingénieur, mais a quitté son pays – l’Ecosse -, sa startup et tout le reste pour un voyage temporaire… enfin c’est ce qu’il croyait. Découvrez son témoignage !

grant3

A la frontière entre le Laos et le Cambodge !

« Une fois diplômé, la seule chose que je savais était que je n’avais pas la moindre idée de ce que je voulais faire de ma vie ! Je ne pouvais pas supporter l’idée de me lancer dans la vie avec un travail de bureau qui me permettrait de rembourser des prêts, et d’assumer des responsabilités dont je ne voulais absolument pas. Mais que faire d’autre ?

J’ai toujours voulu voyager et découvrir le monde autour de moi, de nouvelles cultures et pourquoi pas ce que je souhaitais vraiment faire de ma vie. Je suis parti il y a deux ans, et devinez quoi ! Je voyage toujours et je ne suis pas prêt de m’arrêter. Je n’ai peut-être pas découvert ce que je voulais faire plus tard, mais tous ces voyages m’ont ouvert les yeux sur un mode de vie complètement différent, des rencontres et des expériences inoubliables.

Qui a dit que l’université était la seule option ? Qui a dit que nous devions trouver un travail stable, un appartement et passer notre jeunesse à économiser pour notre retraite ? La société nous pousse à croire qu’il n’y un qu’un seul mode de vie acceptable. La vérité est que nous sommes libres de faire nos propres choix, réellement libres. Et si nous aimons ce que nous faisons, alors pourquoi pas ?! »

grant2grant1

Grant Thomas, two years On the Road

We met Grant in Vientiane and kept traveling together one week in Laos. Grant was an engineer but left his country, Scotland, his company and his comfortable life to go on the road. Here is an inspiring word from him!

grant3

On the Lao-Cambodian border!

“When I graduated from University I knew already that I hadn’t the faintest clue about what I wanted to do and where I wanted to go. I couldn’t bare the thought of jumping straight into a graduate job and joining the daily 9 to 5 grind and saving for that un-affordable mortgage that pins you down for life. So what else was there?

Well I’ve always wanted to travel and see the world we live in, experience vastly different cultures and maybe in amongst all of this discover what I really want from life. Well that was two years ago and guess what; I am still on that journey and I cannot see it ending anytime soon! No, I haven’t truly discovered what I want to do for the rest of my life but what this travelling has done is open my eyes to a whole new way of living, offering unforgettable experiences and opportunities which I am truly grateful for.

Who says we have to go to University? Who says we have to get a steady job, an apartment and begin saving for the future so when we retire we can then maybe travel? Society makes us feel like we have to live a certain way but the truth is we can really do whatever we want and if we love what were doing then how can that be wrong? So, why-not ?!”

grant2grant1

Soap 4 Life [EN]

10614336_326588300854326_3210238000515476235_n

On our way to Southern Laos, we stopped in the country capitale, Vientiane. On the recommandation of a French friend, we contacted a social entrepreneur based in the city. We had the great chance to meet up with Mac Maness, and his wife La, on the very day we arrived in Vientiane. And what a welcoming surprise!

Mac is an American expat in his fifties who has been working in Laos for couple of years already. After experiencing NGO work with Abundant Water, Mac realized that fighting poverty required a holistic approach, both economic and educational. What can be done with so few resources?

 

Mac noticed that one of the major sanitation issues in Laos was the lack of hygiene practices among poor communities, and mainly because rural people do not have access to soap. Yet, all ingredients of soap can be locally sourced in Laos. Mac and La started making their own soaps, and soon were able to train other local women to do so.

12

Their aims were three-fold: 1. Share good practices to reduce diseases related to unhygienic environment ; 2. provide business tools to women who wants to generate new incomes ; 3. empower women to take more responsibilities in their village committees.

By training women how to make and sell soap, Mac and La actually gave them great opportunities to increase their daily incomes and thus, their social status. Besides, their trainings had a multiplying effect as the trainees started teaching other women how to make soap. « This is why I wanted to work with women, said Mac. Women would share their knowledge while men would keep it for themselves and try to make the most profit out of it ».

Soap4Life soaps do not compete with the very cheap, but chemical, Malaysian or Chinese soaps. However a one-dollar soap-bar sold allows Mac and La to fund more trainings for Lao women. We tested it, and we loved it !

To order Soap4Life soaps, or support the initiative, go on : http://soap4life.weebly.com

3

Soap 4 Life [FR]

10614336_326588300854326_3210238000515476235_nNotre périple Laotien fut riche en rencontres inspirantes. Après notre RDV avec Sébastien du CCE, nous voilà en route pour rencontrer un entrepreneur recommandé par une amie française. Après plusieurs péripéties sur le chemin, nous arrivons devant la maison de Mac Maness, un quinquagénaire américain installé au Laos depuis plusieurs années. Mac a travaillé auprès de l’ONG Abundant Water, mais réalisant qu’il était plus pérenne de mettre en place des activités génératrices de revenus pour les femmes laotiennes, Mac réfléchit à un produit facilement réalisable avec des matériaux locaux.

La question de l’hygiène étant préoccupante au Laos, Mac réalise que les populations locales n’ont tout simplement pas accès au savon. Or tous les ingrédients nécessaires à sa fabrication peuvent être trouvés au Laos. Mac se lance alors dans la fabrication de savon bio. Très vite, il se donne pour mission de former des femmes de la région de Vientiane à faire de même. Les femmes se procurent facilement la soude et les graisses végétales nécessaires à la fabrication du savon, et une fois formées, transmettent leur savoir à d’autres femmes des villages alentours. « Voilà pourquoi je travaille avec des femmes, nous confie Mac, elles transmettent leur savoir-faire, quand les hommes les protègent pour en tirer plus de profits ». Tout en parlant, Mac et sa femme La nous montrent le processus de fabrication du savon. Rien de plus simple lorsque l’on connait les proportions !

12

Soap4Life a déjà formé une centaine de femmes à la fabrication du savon dans une trentaine de villages. En plus de cela, l’ONG les conseille dans la gestion de leurs ventes afin que la production de savon soit une activité lucrative pour elles. La se charge du suivi des formations et reste en contact par téléphone avec chacune des femmes formées.

Les savons de Soap4Life ne rivalisent pas encore avec les prix des savons chimiques importés de Malaisie ou de Chine, mais une barre de savon Soap4Life achetée, c’est une formation pour des femmes laotiennes de subventionnée !

Pour vous procurer des savons Soap4Life, ou simplement soutenir l’ONG, rendez-vous sur : http://soap4life.weebly.com

Nous les avons testés et nous les adorons !

3

Sebastien Duffillot and the Elephant Conservation Center [EN]

541544_271678216248507_1763772246_nDuring our short stay in Laos, we heard of the Elephant Conservation Center (ECC), highly recommended to tourists stopping by Luang Prabang. Unable to go there, we sent an email to its co-founder, Sebastien Duffillot, and organized an interview in Vientiane. Learn more about his incredible journey across elephant preservation in Laos and discover his point of view about the growing industry of elephants’ tourism. Découvrez dans cet article son parcours et son avis sur le tourisme autour des éléphants.

A hyperactive dedicated to elephants’ defense in Laos

Sebastien started his career in the French embassy in Bangkok. He first discovered Laos when he went to meet a friend working at the embassy in Vientiane. Later on, he came back to Laos as a director of a graphic creation agency and stayed there 6 years.

Faced with the recurrent use of elephant symbols in his work, he started wondering why there were so few elephants in Laos, so called the “Land of a million elephants”. He soon realized that if elephants are a strongly rooted in the Lao culture, they are in danger of extinction. There are only 450 domestic and 300 wild elephants left in Laos. Far from a million… Reasons are diverse: deforestation, Vietnam War slaughters, mechanization of forester work, etc. Ideas became to grow in his mind on how to tackle this issue.

Photo by Paul Wager

In 2002, Sebastien organized an elephants’ caravan to raise awareness among local populations and tourists. From January to April 2002, 4 elephants walked 1300 km across Laos. Originally created for the caravan, the association ElefantAsia remained and extended its activities: elephants’ working conditions improvements, support to the elephants’ drivers in their conversion because of forester work mechanization living them without job or creation of a mobile clinic to take care of elephants on their workplace. He also created an association of mahouts to manage forest elephants’ rides. An annual festival modelled on the caravan takes place every February in Sayaboury and gathered for the last edition 12 elephants and around 100 000 people.

To go one step further, he co-founded in 2011 the Elephant Conservation Centre, a mix of ecotourism and animal welfare. There live 9 elephants, welcoming tourists-volunteers all throughout the year who can come and learn about the elephants through observation and information, without any impairing physical interaction. There is also a nursery conducting a reproduction programme.

His view on the elephants’ tourism industry

You might have heard about it, some videos and articles were recently shared on the web showing atrocious tortures used to domesticate elephants. In Europe, some touristic agencies already banned elephants’ rides from their programmes. We ourselves were the first ones to refuse an elephant ride in Thailand few weeks ago. We asked Sebastien about it, and here is what he shared with us.

“Without tourism, elephants have to beg or work in difficult conditions in forest. Banning elephants’ rides is causing an epidermal reaction on a way deeper problem.“

First, there are insufficient protected forests to release them. Secondly, there is a difference between elephants born in a domestic environment and wild elephants. The videos captured in Burma display techniques to ‘break in’ wild elephants. Other videos were captured in Thailand, where government banned in 1989 forest work. Mahouts with experience in training disappeared because of that, elephants became beggars. The ones on the videos are amateurs and not mahouts trying to train elephants. A real mahout takes good care of its elephant. The cases in these videos are not widespread.

Mae Kham Ohn, female of the ECC

In the EEC for example, training is a two-step process. One traditional phase with a shaman – without which no mahout would accept to ride the elephant -, where the elephants is in a cage 12 days and separated from his mother, but nothing different from any other animal training, with no use of violence. Then, they use a phase of positive strengthening based on a rewards system, necessary to ease vet treatments.

In the end, one suitable solution could consist in protecting wild elephants and better control tourism and elephants treatment. In this regard, Sebastien would like in the coming years to work on a ranking-reward of elephants organizations to inform tourists about it and allow them to choose the best one.

Help the ECC to fund its next caravan here.

 

DCIM100GOPRO

Thanks!

Sebastien Duffilot et le Centre de Conservation des Eléphants [FR]

541544_271678216248507_1763772246_nLors de notre court séjour au Nord du Laos, nous nous sommes intéressées au Centre de Conservation des Eléphants (CCE), vivement recommandé aux voyageurs s’arrêtant à Luang Prabang sur les sites touristiques. N’ayant malheureusement pas le temps d’y passer deux jours, nous avons contacté son co-fondateur, Sébastien Duffillot, afin de le rencontrer à Vientiane. Découvrez dans cet article son parcours et son avis sur le tourisme autour des éléphants.

Un hyperactif engagé pour la défense des éléphants au Laos

Sébastien est français, et a commencé sa carrière en Thaïlande en tant que coopérant à Bangkok auprès de l’ambassade de France. C’est en rejoignant un ami, coopérant au Laos, qu’il découvre pour la première fois ce pays. On lui proposera plus tard d’y revenir afin de prendre la direction d’une agence de création graphique à Vientiane. Il y restera 6 ans.

C’est face à l’utilisation récurrente du symbole graphique de l’éléphant au cours de son travail qu’il commence à s’intéresser au sujet : pourquoi n’en voit-il que si peu au Laos, pourtant aussi appelé le « Pays du million d’éléphants » ? Sébastien réalise vite que si c’est un symbole culturel extrêmement fort, les éléphants y sont en voie de disparition. On n’y compte aujourd’hui que 450 éléphants domestiques et 300 éléphants sauvages au Laos. Les raisons sont multiples, avec en tête de liste la déforestation intensive, les massacres ayant eu lieu durant la guerre du Vietnam et la mécanisation du travail forestier qui remplace celui des éléphants.

Photo de Paul Wager

 

Il décide alors d’organiser une caravane d’éléphants pour sensibiliser les populations locales et les touristes à la question. De janvier à avril 2002, une caravane de quatre éléphants parcourt 1300 kilomètres à travers le Laos. Devant être un projet ponctuel, l’association créée à cette occasion, ElefantAsia, devient une entreprise bien plus large. Au programme : l’amélioration des conditions de travail des éléphants, l’aide à la reconversion des cornacs, qui face à la mécanisation du travail en forêt se retrouvent dans une situation de forte précarité, ou encore la création d’une clinique mobile pour soigner les éléphants sur leur lieu de travail. Dans ce cadre, il participe à la création d’une association de cornacs pour gérer les balades en forêt.

Sur le modèle de la caravane des éléphants, ElefantAsia entreprend alors un Festival des éléphants, à la fois tribune pour la conservation des éléphants et occasion de redorer le statut des cornacs autrefois respectés pour leur activité. Le Festival a lieu chaque année en février dans la province de Sayaboury, et a rassemblé 12 éléphants et environ 100 000 personnes à l’occasion de sa dernière édition.

Afin d’aller plus loin, Sébastien co-fonde en 2011 le Centre de Conservation des Eléphants, centre d’éco-tourisme et de bien-être animal. Ce centre et lieu de vie de 9 éléphants est aujourd’hui rentable après 3 ans d’activité seulement, preuve de la forte demande pour un tourisme plus responsable. Il accueille des touristes qui peuvent venir en apprendre plus sur les éléphants à travers l’observation et l’information, sans interaction physique dénaturante avec eux. Il contient également une nurserie et un programme de reproduction.

Aujourd’hui, Sébastien a rejoint l’association Des éléphants et des hommes afin de poursuivre l’éducation, la sensibilisation et la promotion du bien-être animal. Pour les 20 ans de l’UNESCO l’année prochaine, ce seront 20 éléphants qu’il invite à la fête à Luang Prabang, après avoir parcouru 630 kilomètres du 27 octobre au 17 décembre. Vous pouvez participer au financement de cette caravane ici.

Le regard de Sébastien sur le tourisme à dos d’éléphant

Vous en avez peut-être entendu parler, le tourisme à dos d’éléphants fait scandale depuis que des vidéos de domestication d’éléphants à travers des tortures abominables ont été publiées et partagées en masse sur la toile. Nous avons, durant notre voyage en Thaïlande, été les premières à refuser de monter sur un éléphant. Qu’en pense Sébastien ?

En Europe, certaines agences interdisent les balades à dos d’éléphant. « Mais s’il n’y a pas de tourisme, que font-ils ? Ils mendient ou tirent du bois en forêt dans des conditions de travail difficiles ». Interdire les balades, c’est déclencher une réaction épidermique sur un problème plus profond.

Premièrement, il n’y a pas de forêts protégées suffisantes pour les remettre en liberté. Deuxièmement, comme dans tous les procédés de dressage, il y a des cas abusifs. Un vrai cornac fait attention à son éléphant. Il y a plusieurs choses à savoir à propos de ces vidéos : en 1989, le gouvernement de Thaïlande a interdit le travail du bois. Les cornacs ayant de l’expérience en dressage ont disparu, et les éléphants se sont retrouvés à mendier.

Mae Kham Ohn, femelle du CCE

 

La culture de dressage et du cornac ont disparu, laissant place à des amateurs utilisant des techniques barbares. Il y a également une différence entre les éléphants ‘nés’ domestiques et les éléphants sauvages capturés. Les vidéos prises en Birmanie montrent des techniques qui consistent à ‘briser’ des éléphants sauvages, beaucoup plus difficiles à dresser. En conclusion, ces vidéos prises en Thaïlande ou en Birmanie sont loin d’être des cas systématiques.

Au CCE par exemple, le dressage se fait en deux étapes. Si le recours à un chaman et la technique traditionnelle ne se fait pas, aucun cornac n’acceptera de monter l’éléphant et ce sera un problème toute sa vie. Il y a donc la phase traditionnelle où en effet l’éléphant est placé dans une cage 12 jours et séparé de sa mère – ce qui n’a rien de différent du dressage d’autres animaux – mais aucune violence n’est utilisée. Ensuite, il y a une phase de renforcement positif, qui consiste à former l’éléphant à recevoir des soins vétérinaires à travers un système de récompenses.

Finalement, la solution la plus adéquate consisterait à protéger les éléphants sauvages et mieux contrôler le tourisme et le traitement des éléphants domestiques. Dans cette optique, Sébastien aimerait dans les prochaines années travailler à l’élaboration d’un classement-reward des organisations d’éléphants, sorte de Guide Michelin des camps d’éléphants.

 

DCIM100GOPRO

 

Merci!